Comment inciter les pères à s’emparer du congé paternité ?

Contributors

Comment inciter les pères à s’emparer du congé paternité ?

Mis en place au début des années 2000, le congé paternité a récemment été rallongé jusqu’à 28 jours. En permettant aux pères de passer plus de temps avec leur nouveau-né, l’un des objectifs de la mesure est de mieux répartir les tâches avec la mère et de réduire les inégalités hommes - femmes. 

Pourtant, l’adhésion des salariés n’est pas encore totale : près d’un père sur trois ne prend pas de congé paternité selon un rapport du Centre d’études et de recherches sur les qualifications (Ceraq).

Pourquoi encourager le congé paternité en tant qu’employeur et comment créer les meilleures conditions pour inciter les pères à l’utiliser ? C’est ce que nous allons voir dans cet article. 

Un congé à géométrie variable

Même si la majorité de la population est favorable au congé paternité, il n’est pas utilisé de la même façon selon le profil des pères. Les entreprises ont pourtant tout à y gagner.

Quelles sont les disparités dans la prise du congé paternité ?

En fonction de leur situation, les pères ne se saisissent pas de la même façon du congé paternité. En effet, selon le Ceraq, 90 % des pères en CDI utilisent au moins partiellement le congé de paternité contre seulement 65 % des CDD et 33 % des indépendants. 

Les pères qui utilisent le moins le congé paternité sont les catégories se trouvant aux deux extrémités salariales : son recours est au plus bas (67 %) pour les 20 % des pères les plus modestes et pour les 10 % les mieux rémunérés (73 %).

L’ancienneté module également la prise du congé paternité : les pères ayant moins d’un an d’ancienneté dans l’entreprise ont 3 fois moins de chances de l’utiliser que ceux étant salariés depuis 2 ans ou plus.

Pourquoi encourager les pères à utiliser leur congé paternité ?

Vous permettez aux pères d’être plus présent pour leur famille

D’après une enquête menée par le site Le Paternel menée auprès de 400 pères, le congé paternel est l’occasion pour le père de tisser un lien plus fort avec le bébé (pour 62% des répondants) et de faciliter l’adaptation du couple à cette nouvelle vie (48%).

Le congé paternité permettrait également de “mieux répartir les tâches ménagères et familiales” pour 82% des personnes interrogées lors un sondage Yougov pour le Huffington Post. Une façon de soulager les mères qui porte très souvent l’intégralité de la charge parentale.

Vous faites progresser la société et l’égalité des salariés

La discrimination à l’embauche des femmes, susceptibles de partir plusieurs mois en congé maternité, est malheureusement toujours d’actualité. Les femmes sont également moins augmentées que les hommes, du fait de l’interruption plus ou moins longue de leur carrière pour s’occuper de leur enfant. 

Permettre aux hommes un statut de parentalité similaire aux femmes permet de résorber en partie l’écart. Améliorez l’accès des pères au congé paternel, c’est donc aussi améliorer la vie des mères. 

Vous améliorez votre marque employeur

En tant qu’employeur, proposer un meilleur équilibre pro - perso est un atout considérable pour attirer et engager sur la durée les collaborateurs. 

D’après une étude menée par la Harvard Business Review, les salariés dont l’employeur les soutient en tant que parents (horaires flexibles, soutien financier et social pendant les congés familiaux, allocations…) sont plus susceptibles d'être engagés dans leur travail. Ils restent également à leur poste plus longtemps par rapport à ceux qui ne reçoivent aucun soutien.

Dans le même sens, une étude Ernst & Young souligne que 80% des entreprises proposant une politique familiale ont constaté une amélioration du moral de leurs salariés et 70% une hausse de leur productivité. 

Agir pour le congé paternité dans son entreprise 

Pour véritablement inciter les pères à profiter du congé paternité, le strict minimum ne suffit pas. Découvrez des pistes concrètes pour améliorer leur quotidien. 

Aligner le congé paternité sur le congé maternité

Arrêter de travailler ne se vit pas de la même façon pour tous les salariés. Culpabilité, peur d’un impact négatif sur la carrière, crainte de laisser des projets en plan… Certains pères font donc l’impasse sur le congé paternité et retournent travailler seulement quelques jours après la naissance de leur enfant. Dans un souci d’équité entre salariés et pour réduire le fossé hommes - femmes, vous pouvez aller au-delà des incitations minimales. 

Certaines entreprises ont déjà pris les devants comme Shine qui propose par exemple à tous ses employés (sans condition d’ancienneté) 3 semaines de congé à prendre immédiatement à la naissance de son enfant puis 5 semaines à prendre quand il le souhaite entre le mois précédant la naissance et 4 mois après. Selon l’entreprise, l’instauration de ce congé permet au second parent de revenir beaucoup plus épanoui dans son travail. Le groupe L’Occitane accorde quant à lui à un congé second parent rémunéré de 12 semaines.

Bien préparer le départ en congé paternité

Partir plusieurs semaines en congés peut être source de stress, surtout quand on occupe à poste à forte responsabilité. Pour plus de sérénité, vous devez donc soigner la passation du salarié et préparez son absence avec attention. 

Une bonne passation vous sera aussi bénéfique : vous réduisez ainsi les imprévus et les sollicitations intempestives du père pendant son congé.

En pratique

  • Organisez la passation le plus tôt possible : Si certaines responsabilités ne peuvent pas être transmises temporairement à d’autres personnes de l’équipe, diffusez une annonce pour un CDD / un contrat en intérim ou recherchez un freelance. Impliquez le salarié dans le choix de son remplaçant et organisez un temps de formation si besoin.
  • Ouvrez la porte aux augmentations de salaires post-congé : Expliquez au salarié qu’il pourra demander à son retour une augmentation pour son travail de l’année passée. Vous réduisez ainsi le sentiment d’illégitimité que connaissent souvent les parents lors du retour d’un congé long.

Communiquez votre politique parentale à vos salariés

D’après une enquête menée par le site Le Paternel menée auprès de 400 pères, 32% des salariés n’ayant pas osé prendre un congé paternité prolongé évoquent des pressions de leur hiérarchie, souvent implicites.

Pour éviter toute ambiguïté et les éventuelles mauvaises interprétations de votre politique parentale, vous devez vous montrer proactif en la communiquant régulièrement à l’ensemble de vos collaborateurs, qu’ils soient parents ou non. 

En pratique

  • Rassemblez des ressources : Connaître et comprendre ses droits en termes de parentalité est l’un des principaux besoins des salariés, mais il est souvent difficile d’appréhender toutes les informations nécessaires car elles proviennent de sources diverses (Code du Travail, convention collective…). Rassemblez donc toutes ces informations au sein d’un kit d’information accessible à tous. 
  • Expliquez votre politique parentale dès le recrutement : C’est un point que certains salariés souhaitent aborder en entretien, au même titre que la rémunération.

Changer les mentalités sur la parentalité ne se fera pas un jour et n’est pas du seul ressort des entreprises. Cependant, des actions concrètes comme celles que nous venons de développer peuvent vous aider à faire bouger les lignes à votre échelle. Pour aller plus, nous vous recommandons la lecture du guide du Parental Challenge pour vous aider à mener une politique parentale juste et égalitaire.

Comparez les salaires du marché

Démarrer
Error text
Thank you! Your submission has been received!
Oops! Something went wrong while submitting the form.
View all