BSPCE : pourquoi et comment les mettre en place ?

Contributors

BSPCE : pourquoi et comment les mettre en place ?

Très utilisé dans les startups, le dispositif des BSPCE vise à partager le capital avec les employés et attirer des candidats fortement convoités. 

Mais concrètement, quels sont leurs avantages ? Quelles sont les bonnes pratiques à suivre en tant que RH pour accompagner les collaborateurs ? Réponses ci-dessous !

 

La base pour comprendre les BSPCE

Les BSPCE (Bons de Souscription de Parts de Créateur d’Entreprise) sont des options attribuées aux salariés d’une entreprise. Ils leur donnent le droit d’acheter des actions de la société plus tard, au prix du jour d’attribution. Une sorte de “prix d’ami” défini au moment de la signature. 

L'actionnariat salarié est un outil d’intéressement particulièrement pertinent pour les entreprises à fort potentiel, comme les start-up qui peuvent connaître des croissances rapides. 

Une fois les bons obtenus, le salarié doit débourser une somme pour acheter ses actions. La vente ne peut se faire qu’à certains moments : rachat, introduction en Bourse ou levée de fonds.

Depuis plusieurs années, le dispositif est devenu quasiment incontournable au sein des start-up françaises. Selon le baromètre 2021 EY-France Digitale, 51% des salariés de start-up réalisant un chiffre d’affaires annuel entre 5 millions et 50 millions d’euros possèdent des BSPCE. L’usage est si répandu que Cédric O, ancien secrétaire d’Etat chargé de la transition numérique, a déclaré : “Il n’y aurait pas de French Tech sans BSPCE. Dans l’univers des start-up, la rémunération en capital est essentielle dans la lutte pour les talents”.

Quels sont les avantages des BSPCE ?

Pour les salariés

Les BSPCE sont d’autant plus intéressants s’ils sont attribués tôt aux salariés dans l’évolution de l’entreprise, notamment avant la phase d’hypercroissance

Dans ce cas, si l’entreprise obtient de bons résultats, les salariés gagneront plus d’argent car la différence entre le prix d’achat des actions et le prix réel sera importante. À l’inverse, si les actions sont achetées par les employés dans la phase de maturité de l’entreprise, le bénéfice sera moindre.

Les BSPCE peuvent être vus comme une façon de récompenser le travail des salariés. On peut aussi les considérer comme une contrepartie des risques qu’ils ont pris en rejoignant une petite organisation. Ils se sont en effet exposés à plus d’incertitudes que s’ils avaient rejoint un grand groupe déjà bien établi par exemple.

Pour l’employeur

Pour l’entreprise, les BSPCE sont un levier d’attraction. C’est un outil à utiliser lors des recrutements et qui les différencie des grands groupes. 

Les BSPCE permettent également d’associer les salariés à la réussite future de l’entreprise et de les fidéliser sur le long terme. Devant rester dans l’entreprise plusieurs années avant de pouvoir prétendre au rachat des actions, ils sont alors moins tentés de quitter l’entreprise. Un avantage de poids pour les start-up qui connaissent souvent un taux de turn-over élevé.

Ils sont également plus flexibles que les stock-options ou les actions gratuites. Ils sont aussi moins coûteux en termes de cotisations sociales.

Le piège à éviter : voir les BSPCE comme une compensation financière 

Selon un article du Monde, certaines start-up ont abusé du mécanisme et ont fait des BSPCE une “carotte brandie en face de salaires parfois chiches”. Plusieurs entreprises instables financièrement n’ont pas hésité à mettre en avant l’attribution des BSPCE comme compensation, alors que leurs salaires étaient bien en dessous du marché.  

Il faut distinguer les choses : le salaire est fixe dans le temps et répond à des logiques de court et de moyen terme. Les BSPCE, quant à eux, suivent des logiques à beaucoup plus lointaines. Ils ne remplacent donc en rien un salaire, même s’ils motivent les collaborateurs à œuvrer pour la croissance de l’entreprise. 

BSPCE : les bonnes pratiques RH à suivre

Organisez des réunions dédiées

Après l’arrivée d’un batch de nouveaux collaborateurs, après la fin des périodes d’essai, n’hésitez pas à organiser des ateliers d’information dédiés au sujet des BSPCE. Profitez-en pour distribuer les contenus nécessaires, puis organisez des entretiens individuels pour aller plus loin et répondre à d’éventuelles questions. 

Mettez des ressources à la disposition de vos employés

Près d’un salarié sur deux ne lie pas la documentation attachée à ses BSPCE avant la signature de son contrat et seulement 36,3% des salariés négocient leur package lors d’une prise de poste selon une étude publiée par Caption Market. En effet, à moins d’être à l’aise avec les documents juridiques, le pacte d’actionnaires peut être ardu à comprendre !

Constituez une base de ressources en libre accès (sur Notion par exemple) pour permettre à vos collaborateurs de comprendre le fonctionnement des BSPCE : glossaire, questions / réponses, cas concrets… Ainsi, ils pourront compléter leur culture BSPCE à leur rythme, sans pression.

Pour vous inspirer, vous pouvez aussi prendre exemple sur Gauthier Casanova qui a gratuitement mis à disposition un simulateur de BSPCE et les articles du blog d’Alan, comme celui-ci.

Impliquez votre fondateur (ou vos fondateurs)

C’est à votre fondateur d’incarner la communication sur le sujet des BSPCE. En effet, étant hautement stratégique et lié à la vision globale, il pourra facilement faire comprendre aux salariés tout l’intérêt d’aligner les objectifs de l’entreprise avec les leurs. 

Parlez-en à vos candidats pour les aider à se projeter

Dès la phase d’entretien, expliquez à vos candidats les avantages et le mécanisme des BSPCE. Chez Alan, par exemple, la communication sur l’attribution des BSPCE a lieu après le premier appel de mise en relation. 

L’offre d’emploi est également un bon outil de communication pour cela. Sans entrer dans les détails, vous pouvez y insérer un lien dirigeant vers vos ressources explicatives.

Quelques ressources utiles

Articles Similaires

View all