Avantages en entreprise : fidélisez vos collaborateurs

10/6/2024
.
4
min de lecture

Partager

Sommaire

Auteur

10/6/2024
.
4
min de lecture

Les avantages en entreprise sont aujourd’hui le petit plus qui fait la différence dans le cœur des salariés. Titres-restaurants, aide à la garde d’enfant, activités de team building, semaine de 4 jours, les recruteurs n’ont plus d’autre choix que d’innover pour renforcer leur attractivité.

Qu’est-ce que les avantages salariés en entreprise ? À quoi servent-ils ? Quels sont les avantages sociaux obligatoires et ceux que vous pouvez mettre en place de manière facultative ? Comment, en somme, construire une politique de rémunération attractive ? La réponse dans cet article.

Qu’est-ce que les avantages en entreprise ?

Les avantages en entreprise désignent des avantages non salariaux, accordés en complément du salaire habituel. Ils permettent d’augmenter le niveau de rémunération et de satisfaction des salariés. Ces avantages jouent aujourd’hui un rôle clé pour attirer les talents dans le cadre de recrutement et fidéliser les salariés en place.

Alors que certains avantages sociaux sont obligatoires (mutuelle, frais de transport en commun, etc.), d’autres sont accordés de manière facultative (tickets restaurant ou chèques vacances par exemple) et sont donc à l’initiative de l’entreprise. 

Il est commun de différencier deux catégories d’avantages sociaux : 

  • Les avantages numéraires, c’est-à-dire sous forme d’argent : 13e mois, prime de vacances, prime d’ancienneté, prime de participation, prime de fin d’année, etc.
  • Les avantages en nature : véhicule d’entreprise, logement de fonction, téléphone professionnel, etc.

Ces avantages sociaux peuvent être proposés directement par l’entreprise ou via le comité social et économique (CSE).


Pourquoi proposer des avantages en entreprise ?

Les entreprises font face à une forte évolution des modes de travail depuis quelques années (flexibilité des horaires, télétravail, externalisation, etc.). Les salariés, quant à eux, expriment de nouvelles attentes et placent leur bien-être au cœur de leurs exigences. Pour rester attractifs, les employeurs doivent donc repenser leurs conditions de travail et proposer des avantages sociaux à la hauteur.

Au-delà de cette tendance générale, accorder ces avantages comporte de multiples intérêts : 

  • l’amélioration de  la qualité de vie au travail (QVT) ;
  • une motivation et un engagement croissants des salariés ;
  • une réduction du turn over au sein des équipes ;
  • une meilleure productivité ;
  • une image attrayante pour les nouveaux talents ;
  • la possibilité de se démarquer face aux concurrents, notamment en proposant des avantages innovants.

Proposer des avantages sociaux à ses collaborateurs ne sert pas uniquement à attirer et fidéliser ses salariés. Il s’agit en réalité d’un véritable levier stratégique pour développer la croissance d’une entreprise sur le long terme. 

Le point sur les avantages sociaux obligatoires

Définition

Certains avantages sociaux sont obligatoires. Leur liste est fixée par la loi. Une entreprise qui ne les mettrait pas en place encourt des sanctions financières ou juridiques.

Listing des avantages

Pour être en conformité avec la réglementation, un employeur a donc l’obligation de proposer les avantages suivants à ses salariés : 

  • les congés payés : un salarié cumule obligatoirement 2,5 jours par mois ;
  • la mutuelle d’entreprise : toutes les entreprises doivent proposer à leurs employés une complémentaire santé collective et participer à 50 % minimum du montant de la cotisation ;
  • la prise en charge des frais de transports en commun pour le trajet domicile / travail : ici, l’avantage consiste à financer au minimum 50 % du titre de transport ;
  • le remboursement des frais professionnels : il peut être calculé en fonction des frais réels déclarés par le salarié ou sur une base forfaitaire ;
  • le versement d’indemnités en cas d’accident de travail : cette indemnisation, accordée sous conditions, vient compléter les indemnités journalières versées par la Sécurité sociale ;
  • une prime d’intéressement et la participation aux bénéfices : cette obligation ne concerne que les entreprises de plus de 50 salariés ;
  • une assurance prévoyance collective : également appelée « 1,5 % patronal », elle est obligatoire uniquement pour les cadres d’entreprise.

Cadre légal

Nous vous le disions, ces avantages sociaux obligatoires sont encadrés par la loi. Plus précisément, c’est le Code du travail qui fixe leur mise en place, notamment à travers les articles L. 3221-3 et suivants.

La mutuelle collective, quant à elle, a été généralisée suite à la loi ANI (Accord national interprofessionnel) du 14 juin 2013.


Quels types d’avantages salariés facultatifs proposer ?

Définition

Parallèlement à ces avantages sociaux obligatoires, les entreprises ont donc la possibilité de proposer des avantages complémentaires. Ces derniers viennent renforcer l'attractivité de l’entreprise et participent à la qualité de vie au travail (QVT) du personnel. N’étant pas imposés par la loi, ils sont adaptables à la marque employeur et aux attentes des salariés.

Listing des avantages 

Voici quelques exemples d’avantages sociaux facultatifs : 

  • un dispositif d’épargne salariale ;
  • les tickets restaurants ;
  • des avantages en nature (téléphone professionnel, véhicule de fonction) ;
  • un forfait mobilité durable pour les salariés qui utilisent les modes de transport à mobilité douce (vélo, covoiturage) ;
  • la prise en charge totale de l’abonnement aux transports en commun ; 
  • un compte épargne-temps (CET) ;
  • des activités de team building ;
  • un plan d’épargne retraite (PER) collectif.

Si l’entreprise dispose d’un comité social et économique (CSE), celui-ci peut également proposer la mise en place d’avantages complémentaires, généralement plus en lien avec les activités culturelles : 

  • réduction sur les places de concerts et de spectacles ;
  • participation financière à des voyages touristiques ou des sorties culturelles ;
  • chèques cadeaux (Lire, Noël).

En parallèle de ces avantages traditionnels, l’entreprise peut aussi jouer la carte de l’originalité et ainsi tirer son épingle du jeu face à la concurrence. Voici quelques exemples d’avantages sociaux plus innovants :

  • un jour d’absence rémunéré par mois, pour se consacrer à des projets professionnels ou du bénévolat ;
  • le télétravail à 100 % ;
  • la semaine de 4 jours ;
  • les congés illimités ;
  • une prime versée par personne à charge (enfant ou parent dépendant) ;
  • une aide à la garde des enfants.

Cadre légal

Certains de ces avantages sont directement proposés par l’employeur. D’autres sont le fruit de négociations entre l’entreprise et les représentants du personnel, notamment par le biais du CSE. Ces accords sont alors encadrés par les articles L. 2232-12 et suivants du Code du travail. Notez également que le traitement fiscal des avantages en nature est encadré par l’article 82 du Code général des impôts.

Le Code du travail rappelle également l’interdiction de toute discrimination. Ces avantages doivent donc être distribués de manière équitable entre tous les employés, y compris pour ceux en CDD ou en interim.

Les avantages sociaux : la solution pour construire une politique de rémunération attractive 

Les avantages sociaux répondent certes à un cadre législatif, mais celui-ci ne bride pas les employeurs. Ceux-ci ont donc la possibilité d’innover pour renforcer leur attractivité : à la clé, la valorisation de leur image et la rétention de leurs collaborateurs.

Néanmoins, mettre en place une politique de rémunération attractive passe par une analyse profonde de son environnement et de ses propres pratiques. Pour y parvenir, l’entreprise peut alors : 

  • réaliser un benchmark des pratiques du marché en matière de recrutement ;
  • faire un audit interne pour évaluer les attentes des salariés ainsi que son niveau de réputation auprès des employés, des clients et des partenaires extérieurs ;
  • analyser sa situation financière et déterminer les leviers dont elle dispose pour optimiser sa stratégie de rémunération ;
  • lister les postes pourvus et à pourvoir et leur associer une enveloppe budgétaire de revalorisation.

Au regard de ces données, l’entreprise sera alors en mesure de déterminer une grille de salaires adaptée et attractive, selon une classification définie en amont (ancienneté, niveau d’expertise, etc.). Le package salarial pourra contenir les avantages sociaux listés précédemment et s’appliquer ensuite de manière collective ou individualisée pour attirer et valoriser de nouvelles compétences.

Vous l’avez compris, pour se démarquer, les entreprises ont plus que jamais intérêt à proposer des avantages salariaux en cohérence avec les attentes réelles de leurs salariés. Les avantages obligatoires ne suffisent plus et les employeurs sont aujourd’hui contraints d’innover. Bien utilisés, les avantages en entreprise sont donc de vrais leviers pour renforcer la cohésion des équipes, améliorer le bien-être au travail et in fine leurs performances au service de l’entreprise.

Rejoignez la Compversation

Abonnez-vous à la newsletter dédiée aux professionnels de la rémunération

Work email
Merci ! Vous recevrez le prochain numéro de notre newsletter !
Oops! Something went wrong while submitting the form.

Construisez une politique salariale juste et efficace

Parlez-nous
Error text
Thank you! Your submission has been received!
Oops! Something went wrong while submitting the form.

Articles similaires

Compensation

Comment mettre en place une rémunération attractive dans son entreprise ?

Comment mettre en place une rémunération attractive pour votre entreprise ? Découvrez nos conseils pour vous aider à construire votre politique salariale.
Lire l'article
CEO's insights

Compversation #12 - Payez comme vous êtes

Le comp & ben, est-ce une simple question d’optimisation ? Est-ce que notre mission se résume à résoudre cette équation, toujours la même : « Recruter le meilleur candidat possible au moindre coût possible » ?
Lire l'article
Compensation

Comment annoncer une mauvaise nouvelle en matière de salaire : un guide pour les managers

Dans cet article, vous trouverez des conseils pour annoncer une mauvaise nouvelle liée au salaire, d’une manière respectueuse et avec empathie. Et cela sans compromettre votre position de manager.
Lire l'article